Accueil • Remonter • 1 • 2 • 3 • 4 • 5

   

© Dominique Tcherdyne 2004 - dtcherdyne@bluewin.ch

     

En sa qualité de fils de bourgeois, Heinrich a accès au Collegium Humanitatis, puis au prestigieux Carolinum. Il y fréquente des maîtres de renom tels Johann Jakob Bodmer et Johann Jakob Breitinger, hommes ouverts, cultivés, humanistes. Mais Pestalozzi n’est pas un étudiant facile et souvent conteste avec ses amis l’enseignement qu’il reçoit. La lecture des œuvres de Rousseau, Montesquieu et Machiavel alimente leur esprit de liberté et répond à leurs désirs d’idéal. Selon eux, la possession du savoir le plus éclairé ne suffit pas pour acquérir une profession ; il faut se donner les moyens d’une pratique et s’inquiéter du but à atteindre.

 

Durant ses études, Pestalozzi est soupçonné d’avoir facilité la fuite d’un ami qui a écrit un pamphlet anti-gouvernemental. Accusé à tort, il fera quelques jours de prison et, dès lors, passera pour un dangereux révolutionnaire.

Au terme de son parcours académique, Pestalozzi ne se présente pas à l’examen final de théologie. Contraint de devoir refaire la classe de philosophie, il y renonce et, finalement, abandonne ses études.

Il se peut qu'une image n'apparaisse pas au premier abord, en général il suffit de quitter la page et d'y revenir.
Si une image vous intéresse, vous pouvez la demander au centre de recherche Pestalozzi.